Tribu des Etudiants en Médecine de Paris Ouest
Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines

Bulletin d’information des elus UFR Médecine : juillet/aout

Compte rendu de la commission pédagogique du 10/07

E-campus 2

Une réunion « nettoyage » a eu lieu le 3 juillet, où nous avons avec A. D’Escatha et A. Labbé refait de force toute l’architecture des espaces pour chaque module et UE, une formation spécifique sera faite aux responsables de matière au début de l’année pour qu’ils mettent bien les cours en ligne.

Une mise à jour d’e-campus 2 apportant de nombreuses modifications a été réalisée en juillet, mais pour l’instant, les espaces n’ont pas été rechargés correctement… Comme cela pouvait poser problème pour les rattrapages et partiels de fin août, il a été demandé de mettre au plus vite ces espaces en ligne : force est de constater que cela n’a pas été fait…

Evaluation de l’enseignement par les étudiants

Alexis D’Escatha a terminé la grande majorité du travail sur une évolution du système d’évaluation des cours. Comme dit dans les derniers CR, un formulaire informatique sera envoyé à la fin des partiels pour chaque matière. Le questionnaire sépare les intervenants dans l’évaluation, normalement. Une version simplifiée a été envoyée aux D1 et aux D2 pour la LCA.

Le nombre de réponses a été assez important pour les deux promos, cette méthode pourra donc être implantée dès la rentrée.

Les évaluations que vous rendez sur les enseignements sont lues et nécessaires à la commission pédagogique pour faire évoluer au mieux les cours : n’oubliez pas de les remplir, et de mettre des suggestions !

Modalités de passage de L3 en « M1 » médecine

Cette année, avec l’arrivée de la réforme grade master pour l’externat, se pose le problème du passage de la L3 en M1 : en théorie, il faut avoir validé tous les ECTS de licence pour passer en M1, mais la commission juge trop dur ce système, compte tenu de l’absence de compensations ; surtout parce que l’étudiant qui doit alors redoubler a validé ses stages et la majorité de l’enseignement, ce qui est complètement contre-productif pour la formation, le redoublant ne devrait alors valider qu’une ou deux matières, et globalement perdrait son année.

Le Pr Hanslik a demandé au doyen son avis sur la question, et il a répondu que pour l’instant, on pouvait conserver un système de dettes.

Il a donc été décidé que les étudiants à qui il manque 9 ECTS sur leur cursus de licence pourront passer en M1/D2.

Redoublement des L2/L3 médecine

Depuis le passage en mode licence, les redoublants (qui ont échoué plus de 9 ECTS, donc au moins deux grosses UE d’appareils) ne sont pas tenus de revalider les UE auxquelles ils ont eu la moyenne.

Ce système déplaît à la commission, car les étudiants –déjà en difficulté- risquent de décrocher encore plus.  Un long débat a eu lieu sur le fait d’accentuer le nombre ou la durée des stages, de pouvoir anticiper certaines UE de l’année suivante ou de favoriser le suivi d’un cursus de master en parallèle…

On n’a pas pu décider aussi rapidement ce qui serait organisé, le fait de renforcer les stages pose des soucis de suivi et d’assiduité potentiels, les anticipations d’UE ne sont normalement pas permises au niveau réglementaire… Bref, pas de solution miracle.
Ceci dit, tous les étudiants redoublants feront l’objet d’un suivi attentif, avec rendez-vous pour essayer d’orienter correctement l’année de redoublement et de soutenir l’étudiant en difficulté. Tout le monde était d’accord pour dire qu’il était indispensable que l’équipe enseignante voie ces étudiants rapidement à la rentrée.

Bilan général de la L2

Même si le jury de rattrapage n’était pas encore passé, un premier bilan a pu être tiré de cette mise en place de la licence. Le nombre de redoublants prévus et –hormis la biopath- d’étudiants aux rattrapages étant identique aux années précédentes, la majorité des épreuves ont été correctement adaptées. Les examens du second semestre se sont notoirement bien passés.

Il a été expliqué qu’on voyait bien à travers le nombre d’étudiants aux rattrapages si l’enseignement avait été adapté ou non : avec presque la moitié des étudiants de la promo aux rattrapages en UE Biopath, il est clair que cette UE a été ratée. Au delà des ajustements déjà prévus (séparation et compensation des trois matières, modalités d’examens claires et coefficients indiqués), l’anapath reste problématique, puisque l’examen de rattrapages restait identique aux précédents et inadapté.

Nous avons rappelé les nombreux reproches récurrents faits sur cet enseignement : cours ne couvrant pas tout le sujet, avec renvoi au livre – ce qui revient à dépasser les heures imparties pour la matière, TD essentiels car explications parfois incomplètes en cours, et examen inadapté, mal orienté.

Tous ces problèmes ont été pris en compte, l’équipe enseignante sera informée qu’il ne doit pas se défausser pour son bouquin, et qu’il faut adapter l’examen à l’enseignement (ou vice-versa).

Un débat s’en est justement suivi sur l’intérêt des cours magistraux  et sur l’absentéisme en cours. Nous avons signalé que le volume horaire est tel que si en P2 aller à tous les cours est déjà très difficile, le faire en D1 est totalement impossible, personne n’a pu le faire cette année (d’après nos informations^^)…

De leur côté les profs se disent coincés par une nécessité de faire apprendre un programme important et par l’obligation de garantir un niveau d’exigence en rapport avec les responsabilités de la médecine.

Nous avons plaidé en faveur d’une diminution de certaines matières fondamentales, jugées régulièrement trop détaillées par les étudiants : c’est déjà ce qui est entamé par la réforme (avec environ 20h de moins de microbiologie/parasitologie en L3), mais au final la marge de manœuvre reste assez faible…

Là dessus, une réflexion est ouverte sur le principe de diminuer le volume de cours magistraux, assez peu pédagogiques, avec en parallèle distribution de polys contenant tout le programme et augmentation du nombre de TD types cas pratiques ou cas cliniques. Êtes-vous favorables à ce type d’évolution, ou préférez-vous conserver les cours magistraux ?

Document du responsable de module/UE

On en a déjà parlé dans les derniers CR, un document regroupant les objectifs de l’enseignement, le programme, les items de l’ECN pour les modules, les modalités d’enseignement et d’examen et les calendriers sera demandé à tous les responsables de module, qu’ils doivent signer et s’engager à respecter. Ils seront envoyés début septembre le temps que les documents soient finalisés par la commission et par la scolarité.

Présentation sur la réforme de l’externat « grade master »

Vous en avez entendu parler par le VP ANEMF, cela vient chez vous !

Nous nous sommes personnellement chargés de faire la présentation de la réforme envisagée…

On a présenté notamment les deux grands changements : la mise en place de compétences génériques /transversales à prendre en compte dans l’enseignement par exemple « éthique », « relation médecin-patient» ou « membre d’une équipe soignante »  (pour les détails, consultez les CR ANEMF) , et le renforcement de la pédagogie en stage, par la mise en place d’un responsable pédagogique pour chaque terrain et de référents encadrants les externes.

L’amélioration du suivi des étudiants et de l’encadrement en stage était déjà prévu par la commission pédagogique, donc toutes ces nouveautés-là ne poseront aucun souci.

La mise en place des compétences génériques dans l’enseignement pose le problème des ECN : au final, la majorité des étudiants ne travaille qu’en vue des ECN et donc tant que le programme des ECN ne bouge pas, ils pensent qu’appliquer ce genre de concept restera utopique.

Ceci dit, les compétences génériques sont censées être acquises dans un but de professionnalisation -faire en sorte que l’externe ne sorte pas juste avec un enseignement des items de l’ECN totalement théorique et ils pensent que ces compétences sont ce qui doit nous être enseigné en stage… Mais il sera difficile d’organiser ce genre de chose correctement au sein de tous les services.

Il a été convenu de débuter dès septembre à préparer la réforme pour que celle-ci soit implantée de façon correcte…

 Tutorat, avec en special guest star Yann Le Clec’h (VP Tutorat)

Yann a présenté le bilan du tutorat pour l’année, :

Le tutorat a été très fréquenté cette année, on a battu les records de l’an dernier. La qualité des sujets était en majorité très bonne d’après les sondages, et collait bien au concours. Le nombre de tuteurs était aussi très important –point très positif- et les UE spé hors médecine ont été mieux reçues que l’année dernière.

Par contre, la participation de certains profs est en baisse, et leur aide dans la correction des questions et dans la conception des sujets plutôt faible…

De plus, les prépas privées sont devenues très agressives, puisqu’elles vont en amphi se procurer les cours, récupèrent les annales du concours, vont jusqu’à dire aux lycéens qu’une prépa est obligatoire pour s’inscrire en PACES en disant que la fac demande une « attestation d’inscription à la prépa », et qu’ils utilisent des moyens de plus en plus douteux pour faire leur pub (en récupérant par exemple des adresses mails uvsq…).

La non publication des annales par l’UFR reste un problème majeur, et nous avons dit que si la fac ne voulait vraiment pas les faire, nous les récupérerions nous-même à la fin de l’épreuve : tous les profs ont bien réalisé qu’à partir du moment où les prépas vendent ces annales, il faut bien qu’on les diffuse, car sinon c’est leur donner un avantage.

Il a été souhaité que les profs restent maîtres de leurs sujets, et s’ils s’opposent absolument à diffuser leurs sujets, la fac ne le fera pas.

Du reste, c’est une excellente nouvelle, les annales du concours seront donc normalement mises à disposition des étudiants à partir de cette année.

Il sera bien stipulé aux profs cette année qu’ils doivent aider le tutorat et au moins corriger les sujets.

Il est envisagé qu’une réelle convention soit écrite entre la faculté et la TEMPO pour cadrer le fonctionnement du tutorat et définir les devoirs de chaque partie.

            Compte rendu du conseil d’UFR du 24 juillet

 Dernier conseil qui clôture l’année universitaire 2011-2012

Cérémonie à l’Orangerie

Le doyen a commencé par nous faire part d’une clarification. Selon lui, il y a eu une confusion entre son souhait « que les étudiants ne viennent pas juste pour que le cocktail, s’ils viennent c’est du début à la fin » et “que les étudiants prioritaires sont les P2 et D4, puisqu’ils ont passé leurs examens et que la cérémonie est là pour les féliciter”, ce que les services de communication ont compris “pas de com’ aux étudiants en dehors des P2 et D4”…

Du coup, personne n’étant réellement chargé de faire cette com’, on a abouti aux problèmes de cette année.

Il nous assure donc que c’est une erreur de communication, que la cérémonie de clôture est bien entendu ouverte aux étudiants comme à tous les membres de l’UFR.

Il n’y a donc pas vraiment de responsable à blâmer, néanmoins nous avons eu la satisfaction de voir que notre communiqué avait fait son effet, et que plusieurs professeurs nous ont témoigné de leur soutien ou sont venus nous parler du problème.

Problème de répartition des PACES par le SADEP

Cette année le SADEP (Service d’Affectation Des Etudiants de PACES) a fait n’importe quoi en ce qui concerne l’affectation des PACES en IdF. Les choix des bacheliers n’ont quasiment pas été respectés.

PO récupère tous les étudiants du nord des Yvelines (Poissy, St germain en laye, Mantes, Sartrouville …) alors qu’ils sont normalement orientés vers Paris 5.

PO récupère aussi beaucoup plus d’étudiants du 92 que d’habitude.

Une grande partie des étudiants habitant dans l’agglomération de SQY a été affecté à Paris 5 voire à Bobigny pour certains…

La décision a donc été prise d’accepter en plus du nombre de PACES qui nous sont impartis (800), tous ceux qui feraient une demande pour intégrer notre fac pour des causes géographiques. Nous pensons accueillir ainsi environ 80 étudiants en plus. Nous ne savons pas en revanche combien d’étudiants pourraient repartir vers les facs parisiennes, selon la tolérance qu’auront ces dernières.

Par ailleurs, il sera nécessaire d’adapter le numerus clausus en conséquence (surtout que les étudiants supplémentaires sont des mentions B et TB), normalement cela sera pris en compte, nous le rappellerons au prochain conseil au cas où.

 Nouveau bâtiment

Le déménagement a lieu en ce moment même, le bâtiment sera opérationnel pour la rentrée. Il reste quand même une interrogation par rapport au lieu où auront lieu les inscriptions administratives de septembre au moment ou nous écrivons ce compte rendu. La scola communiquera sans doute ultérieurement les infos là-dessus.

A cause du problème de répartition précédemment cité, nous risquons de devoir réquisitionner un amphi supplémentaire pour les PACES. Ainsi à cause du manque de place, les L2/L3 pourraient avoir parfois cours sur D’Alembert. Réponse à la rentrée…

 Doublants D4

Les doublants D4 – ceux qui sont passés par la commission de dérogation- acquièrent le statut d’auditeur libre. Leurs gardes sont réévaluées à 39 euros et ils n’ont pas l’obligation de suivre les stages de D4 mais leur salaire sera plus élevé. Pour plus d’infos référez vous aux comptes rendus ANEMF.

La commission a eu lieu juste après le conseil, il y avait 3 demandes, qui ont toutes été acceptées sans problèmes.

Réforme ECN (point soulevé par S.Chagnon)

« Il est toujours envisagé de passer à des ECN informatisés pour la promo passant les ECN en 2015. Cette réforme aura elle lieu ? »

Le doyen a directement rejeté 2015, délai trop court sur le plan technique ainsi que sur le plan de l’enseignement et de la préparation. Cela pose un problème d’équité entre les étudiants.

Si une réforme des ECN a lieu, la réforme portera aussi sur l’évaluation  des modules pendant les études médicales, de sorte à bien préparer les étudiants à l’ECN: il faut pour cela que l’équipement de l’ECN (les tablettes graphiques) soient standardisées et accessibles à tous les étudiants pendant tout leur externat.

Problème de la rémunération durant le stage d’été des D4 (soulevé par J.Roussi)

Nous avons évoqué le problème de flou entre le temps plein et le temps partiel durant le stage d’été des D4, ce qui provoque des disparités et des soucis dans la rémunération. La directrice d’Ambroise Paré a compris le problème, et donc normalement au moins pour l’AP-HP, cela devrait mieux se passer l’an prochain.

Ces problèmes sont normalement réglés au cas pas cas lorsqu’ils parviennent à la scola. Si vous avez connu des soucis, n’hésitez pas à les faire remonter.

J. Roussi a évoqué le problème des étudiants qui ne vont plus en stage passé le 15 juin (une fois qu’ils ont validé leur D4). Cette pratique est tolérée dans les services habituels et les hôpitaux publics. Mais attention, ne le faites pas dans les structures privées!

Le doyen a indiqué qu’il y aurait de toute façon un arrêté très bientôt pour clarifier les nombreux problèmes liés à ce décret du 10 août, donc que cette situation ne se devrait plus se reproduire.

La formation continue (soulevé par D.Annane)

Le doyen souhaite revoir en partie la manière dont nous sommes formés en stage. Il estime que l’externat se déroule beaucoup trop à l’hôpital et que l’hôpital ne représente qu’une partie infime de l’exercice de la médecine, et surtout que ce n’est pas la médecine de tous les jours. “Les patients ne vont pas directement au CHU”

Le doyen souhaite donc -sur le même esprit que pour le stage de médecine générale- assigner une part de nos stages à un exercice dans des cabinets libéraux ou en hôpital général.

Par exemple, pour un stage de cardio, il n’est pas exclu que sur les 3 mois, il y ait quelques semaines à faire en cabinet avec un praticien libéral.

Qu’en pensez-vous?

 Inauguration du nouveau bâtiment

Elle aura lieu la 2ème quinzaine de novembre, une fois que toutes les activités liées au déménagement et à la rentrée universitaire auront été réglées.

Un long débat s’en est ensuite suivi sur le nom à donner au nouveau bâtiment. Nous allons y revenir juste après.

Vote des nouveaux statuts de l’UFR.

C’est le point le plus important ! Les statuts de l’UFR ont été modifiés. Parmi les changements:

  • Nous ne sommes officiellement plus une UFR médicale, mais une UFR des sciences de la santé. Ce qui signifie que nous comprenons maintenant au sein du conseil des médecins, des sages femmes, des STAPS et que nous sommes entrain d’intégrer plusieurs paramed, dont des infirmières, des ergos, des manip radio et des psychomotriciens. A la différence des médecins, des SF et des Staps, les paramed ne sont pas totalement universitaires. Ils sont en phase d’universitarisation (moi je n’arrive pas à le prononcer ce mot …

 

  • Le nom de l’UFR va changer, il ne s’appellera plus PIFO. Il faut donc trouver un nom pour l’UFR (pour remplacer PIFO) et un nom pour le nouveau bâtiment (voir fin du compte rendu).

 

  • Le nombre de profs diminue pour laisser place à 3 postes pour les SF et les paramed. Parmi eux, 1 place pour les SF de Poissy, 1 place pour les SF de foch et une place pour un représentant des écoles d’IFSI et paramed.

 Discussion sur les noms de l’UFR et du bâtiement.

Comme vous l’aurez compris, il faut donc trouver un nom pour le nouveau bâtiment, et un nom pour remplacer “Paris-Ile-de-France-Ouest”, qui peuvent être différents.

Nous allons donc faire appel à votre imagination. Le conseil d’UFR souhaite des noms tournés vers l’avenir (donc ne nous sortez pas des vieux grecs – Greg tient à signaler qu’Asklepios, c’était quand même stylé) et avec une reconnaissance internationale. Le nom doit aussi convenir à la ville qui héberge le bâtiment.

N’oubliez pas que nous sommes maintenant un UFR de sciences de la santé, donc le nom doit aussi évoquer le monde de la science en général, et pas juste de la médecine. La personnalité peut être scientifique, politique ou autre chose.

Les commentaires sont fermés.